Bienvenue sur la e-boutique Revol. La livraison vous est offerte dès 75€ d'achat.

Les métiers

Le modelage

Natif de la région, Patrick chef d'atelier a rejoint Revol parce que sa mère y était ouvrière

Ici, les dessins d’objets et ustensiles fournis par le designer produit de Revol, ou par les designers externes doivent prendre corps sous la forme de moules pour pouvoir être reproduits à l’infini. Si le métier a connu une évolution certaine tendant vers la fabrication de moules conçus par ordinateur, le plâtre reste la matière de prédilection et la conception manuelle une obligation pour permettre l’usinage de pièces plus élaborées.

Patrick, formé il y a plus de vingt ans par un Meilleur Ouvrier de France aussi intransigeant que passionné, le chef d’atelier est doté d’une extrême dextérité. Sous ses doigts experts, les motifs les plus sophistiqués, comme ceux d’Arborescence ou Succession, se plient à l’exigence de la porcelaine.

Le coulage

Céline, chargée de contrôler chacune des pièces avant leur cuisson, a un métier exigeant et endurant

Pièce maîtresse de l’usine, le four dégage une chaleur inouïe qui dicte le tempo de la production. Non loin de là, dans l’atelier de coulage traditionnel - ou manuel - prennent forme les pièces les plus sophistiquées telles que les soupières tête de lion, qui, après un premier séchage à l’air libre, seront soumises à de très hautes températures.

Céline est responsable de l’atelier. Elle verse dans les moules la barbotine ou pâte de porcelaine savamment élaborée en interne, avant de renverser le contenant pour en retirer l’excédent.

L'émaillage

Sandrine, chez Revol depuis 27 ans, se consacre aux petites séries ou aux pièces délicates nécessitant la précision d’un geste manuel

Elles sont reconnaissables par leurs avant-bras caméléons qui changent de couleurs au gré des collections. Les émailleuses, au nombre de six appliquent à la main l’émail blanc, noir, ou coloré sur la pâte. Parmi elles, Sandrine, a vu l’usine se transformer au fil des années.

Progressivement, les machines ont colonisé l’espace, transformant les métiers sans jamais tout à fait remplacer les hommes.